PARCOURS

PARCOURIR n’est pas COURIR…mais bien Partir pour arriver à temps…

Un article illustrant le parcours d’une calligraphe débutante installée dans ma région est tombé dans ma boite aux lettres un matin au coeur de l’hiver 2002…. j’avais tout à reconstruire après un changement de direction imposé par ce que l’on nomme le Destin….il faisait très froid ce matin là, c’était en Février et le Soleil entrait pleinement par les trois fenêtres de l’ appartement de la rue Henri Barbusse  à St Amand Montrond, lieu d’atterrissage obligé et refuge au point central de la France profonde d’où il fallait émerger.

J’ arpentais le salon en me demandant comment sortir du tunnel que je sentais se refermer sur moi. Et la petite phrase des amis sincères qui se voulaient rassurant me prophétisant la probabilité d’une lumière au bout de celui-ci justement ne me rassurait pas du tout ! Je ne trouvais ni la chandelle et encore moins l’allumette pour réveiller la Flamme…j’attendais le courrier comme tous les matins, espérant je ne sais quoi mais pourtant, oui pourtant, dans tout ce brouillon noir, brouillard, j’avais la FOI….en un DIEU pour moi.

J’aurais pu jeter le journal gratuit distribué avec son lot de publicités…

Le même Destin qui m’avait mise chaos  s’amusait ce matin là à me faire entendre la sonorité de quelques pages reliées d’un journal atterrissant sur le carrelage de l’entrée, ce battement d’ ailes de papillon ou de libellule…gravé à jamais dans ma mémoire, devait unir le son à la vision, VOIR et ENTENDRE le panneau de direction qui m’offrait l’ ESPERANCE du début d’une nouvelle vie impliquant un engagement de tout mon être. Tout à ce moment là était accompli.

Je m’habillais de mes plus beaux habits d’apprentie et chaussais mes bottes de 7 lieues pour mes premiers pas sur le chemin de l’ école de la belle écriture de 2002 à 2004 à St Cyr sur Loire . La belle écriture ! définition de la Calligraphie dans le dictionnaire….Cela allait être bien au delà d’un simple apprentissage du geste, je prenais le billet de l’ aller sans retour, j’espérais enfin m’abreuver à la Source de l’ élixir de la Vie.

Heureusement pour moi, dans mon élan de joie de cette découverte, je ne m’aperçus pas que j’étais seulement tout au début du fameux tunnel…On me disait courageuse, je répondais : que nenni ! pure insouciance d’un esprit borné et avide d’être reconnu, l’ ego, quelques fois est le seul moteur de recherche, personne n’est parfait. Ah! la reconnaissance tant espérée dans un domaine ou le scribe ne signe pas ses oeuvres…allait elle m’échapper ?

Je dû devenir sourde aussi à tous ceux qui l’air de rien me demandaient « si j’allais gagner ma vie dans cette Voie? » il s’agissait déjà de ne pas la perdre, tout l’art de la Voie solitaire!..l’ Avoir viendrait après….ma Voix se tut et ne répondit pas au verbe profane pourtant je n’ai jamais lâché le but du Verbe sacré, la direction, le sens de mes « à faire »….ne pas se laisser distraire en chemin par ce qui brille mais continuer, résister, aller tranquillement jusqu’à l’ OR qui réchauffe et alchimise la Tâche. La main de la technique unie à celle du Coeur assuraient à ailes deux mon lent Demain….habité de l’ Unique SON de l’ IMAGE.

Pour cause de curiosité, celle qui fait que nous sommes vivants, j’allais, pas à pas, à un rythme lent qui ne faisait sourire que mes enfants, seuls témoins qui n’ont jamais douté de  maman. Pourtant sans jamais m’arrêter j’allais prendre la Plume chaque jour que Dieu m’octroyait. Une feuille A3 quadrillée  5mm x 5 mm, une plume remplie d’encre, un modèle historique à imiter; installée sur la table de la salle à manger, coupée du monde, sans télévision ni radio, dans le Silence pour bien entendre le chant du signe  je dévorais des lignes. La mémoire du Geste s’ancrait en moi jour après jour…J’aimais apprendre, apprendre pour le plaisir d’apprendre, je n’avais pas de plan de ce qu’il allait m’advenir, aucune idée ! sinon que je sentais que je devais le faire et le temps passait à l’intérieur de mon Passe Temps…je cliquais définitivement dans la case Favoris! Je traçais inlassablement sur le papier blanc le trait d’encre noir qui me permettait de découvrir ce qui devenait un authentique ART de VIVRE, un ENSEIGNEMENT, une ECOLE de la VIE….était venu le temps de CORRECTION pour me remettre DEBOUT…ne plus courber le dos devant l’indigne, je confiais ma main au SOUFFLE de l’ ESPRIT mon unique Maître…..mon sang d’encre pour le Saint Graal…rien de plus mais rien de moins, je voulais TOUT.

Après les premier pas je n’allais plus jamais douter d’y trouver ce que je cherchais….LA LUMIÈRE. Celle qui allait s’imposer pour accompagner les mots, celle de l’ ENLUMINURE à laquelle je m’entraînais deux années durant à l’ Institut d’ ANGERS, en 2009/2011 à raison de 5 jours par semaine, apprentissage ardu de copie, technique de la pose de feuille d’or..alchimie des couleurs, parfum de miel et parfum des Anges se mélangeant; dans les moments de découragement, la main était glacée à force de répéter le même geste que je voulais parfait, prétentieuse m’avait dit un Ami, près des Cieux si possible , j’avais répondu OUI…et par la même signé le pacte secret; l’aboutissement de ce projet passait par la réalisation d’un manuscrit d’une vingtaine de pages….je choisissais d’illustrer quelques thèmes de l’oeuvre de Khalil Gibran, Le PROPHÈTE, il n’est pas terminé; Une parenthèse s’imposait, il me fallait m’arrêter en plein élan afin d’ accompagner deux Flammes de vies chères à mon Coeur qui s’éteignaient à petit feu…j’ai rangé les pinceaux et les plumes et tout l’atelier afin d’offrir le plus que je pouvais, la PRÉSENCE du VIVANT à ceux qui allaient partir…..

Cela aussi faisait parti du jeu de LOI, était inscrit dans cet ordre sur le parcours de nos chemins initiatiques…il fallait s’y soumettre pour que, le moment venu, celui que le sacré Dé du Destin m’imposait encore une fois, enfin Dé /Tâchée de Tout je puisse reprendre mes outils, enluminer la lettre F de ma propre Finalité….qui ne serait pas une Fin en SOI mais bien le début du A de l’ AMOUR de l’ ABSOLU…..

cela aussi est la grande Oeuvre….

F A .

Le portail artistique de Fabienne COULON